Crowdfunding.fr

Articles récents


Commentaires récents


Archives


Catégories


Méta


Du crowdsourcing au crowdfunding, une aventure à écrire

Malik GoulamhoussenMalik Goulamhoussen
Quand le crowdsourcing permet d’externaliser la réalisation d’une tâche à un groupe indéfini d’individus, le crowdfunding offre une variante de taille : il permet son financement !L’objectif est toujours le même : réduire la distance entre l’utilisateur final et le détenteur des compétences (crowdsourcing) ou des fonds (crowdfunding).

La micro-finance est un bon exemple de mise en pratique du crowdfunding. Des sites tels que Kiva proposent à leurs visiteurs de financer des projets de micro-entreprises dans les pays en développement. Les banques, traditionnellement intermédiaires d’opérations de ce type, n’ont pas la possibilité de traiter des prêts de type micro-finance, de part leurs faibles montants qui ne couvrent pas les coûts administratifs.

Le peer-to-peer lending est également une autre manifestation du crowdfunding. Zopa, lendingclub et autres sont des sites qui permettent à un individu d’emprunter une certaine somme auprès d’un ensemble d’individus à un taux librement fixé entre les deux parties (9% en moyenne chez lendingclub). En France cette pratique n’est pas (encore) autorisée, mais il est certain qu’il existe aujourd’hui un marché important de personnes souhaitant emprunter (et n’obtenant pas de financement bancaire) à 9% et également un marché important de personnes souhaitant placer des fonds à 9% et prendre le risque de ce type de prêts. Cette fois ci ce sont bien les banques qui détiennent le « monopole » du financement des particuliers, et, si la loi le permet, un réel marché existe pour les futurs Zopafrançais.

Certaines entreprises de crowdsourcing associent également une partie de financement à leurs concepts :

MyMajorCompany : les internautes choisissent les artistes à produire et les financent
Cameesa : Les artistes proposent des designs de T-shirts et les supporters de ces designs les financent
Indiegogo : De la même façon ici, les fans financent les scénarii que les artistes ont soumis.

En ce qui concerne le financement des entreprises, le crowdfunding a toute sa place:

Colektivo et Partizipa proposent aux entreprises de lever des fonds par le biais de la dette auprès de la foule. Ces sites mettent en avant une plate-forme où les entreprises se présentent et échangent avec leurs internautes-prêteurs. Ici encore, l’intermédiaire court-circuité est l’établissement bancaire.

A l’heure où l’on accorde une importance particulière à l’utilisation qui est faite de nos fonds, où les banques et les gestionnaires de fonds ont montré qu’ils n’étaient pas infaillibles et que le risque de fraude n’était pas utopique, le crowdfunding se positionne comme une solution claire de placement/financement libérée d’intermédiaires souvent opaques.

 

Comments 0
There are currently no comments.